Actualité/fait divers

Répondre Lancer une nouvelle discussion
20/12/2006, 15h58
Turquie : le sacrifice d'un dromadaire pour un avion
14 décembre 2006

Un dromadaire sacrifié sur le tarmac de l'aéroport Atatürk d'Istanbul. Ce n'est pas un poisson d'avril. Ca a fait rire beaucoup de Turcs mais pas le ministre des Transports. Plusieurs journaux turcs montraient ce matin l'image d'un mécanicien de Turkish Airlines, brandissant un morceau de viande ensanglanté.

Les techniciens de la compagnie nationale turque fêtaient le départ du dernier exemplaire d'un modèle d'avion réputé pour ses accidents et ses pannes. Et ils ont décidé, pour l'occasion, de sacrifier un petit dromadaire. Leur directeur a été viré.

http://www.bulletindescommunes.fr/fr/41664...r_un_avion.html

Smiley Smiley Smiley
Répondre
01/01/2007, 18h01
Et ils voudraient entrer dans l'Europe sachant qu'ils sont capables de commettre des sacrifices rituels archaïques ? Smiley Smiley Smiley
Répondre
10/01/2007, 15h29
Anne, la directrice du refuge de l'association Amis des Bêtes d'Aix-les-Bains, après avoir été informée vendredi 5 janvier de la présence d'un élevage douteux sur la commune de Bernin (38)dans lequel on lui signalait qu'une quinzaine de chiens vivait dans des conditions déplorables, s'est rendue le lendemain sur place avec 2 gendarmes pour constater la réalité des faits.
Réalité qui dépassait son imagination, tant les conditions de détention des chiens étaient épouvantables.

La DSV de l'Isère qui avait déjà reçu de nombreuses plaintes, dont la plus ancienne datait de 9 mois, n'avait encore rien fait sur le terrain.
Décision fut donc prise par notre énergique directrice, dès lundi matin, d'alerter les médias, Radio bleue et france 3. Merci à la journaliste de Radio Bleue dont l'aide fut très utile pour obtenir immédiatement un RDV avec la DSV.

Ce matin 9 janvier, après une dernière visite de France 3 sur le terrain où les chiens, sans abri, vivaient dans la boue, la DSV informait notre association qu'elle l'autorisait à rapatrier les chiens dans notre refuge d'Aix-les-bains, plusieurs personnes de l'association se sont alors rendues sur place, ce soir les chiens, bien nourris, dorment au chaud et ont un toit pour se protéger des intempéries.

Plus de détails et bientôt les photos sur : www.amisdesbetes.com, over blog ne marche pas bien ce soir pour trouver l'article "sauvetage" qui est en tête du blog.
essayez aussi :
http://amisdesbetes.over-blog.com/
petit reportage sur :
http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=l38a_locale

Répondre
10/01/2007, 15h35
mardi 9 janvier 2007 par Weby
Champosoult, Orne. Quadria, future championne selle français, criblée de plombs.

Une jeune pouliche de 3 ans, Quadria, fille de Dollar de la Pierre, a été découverte par ses propriétaires couverte de sang, les yeux crevés. Le vétérinaire a trouvé près de 80 plombs provenant d’un fusil de chasse, situé dans la partie haute de la tête de l’animal. Le tir aurait été effectué de face à environs 15 m.

Malheureusement la pauvre bête a du être euthanasiée, suite à ses blessures.

Une enquête de grosse envergure est menée sur la région pour découvrir les coupables, chasseurs ou simplement personne armée d’un fusil.

Des associations de protection animalière enquêtent aussi parallèlement aux autorités locales. Une affaire à suivre qui est devene l’un des sujets de conversations du canton.

Nous engageons toute personne pouvant apporter des renseignements sérieux sur ces évènements survenus le dimanche 17 décembre 2006 à nous contacter à : [email protected].

Y. Barbieri
http://actualite-equitation.1cheval.com/spip.php?article111


Répondre
11/01/2007, 00h04
Plus de 500 moutons ont été abattus rituellement de façon illégale à Bruxelles pendant la récente fête du Sacrifice, dénonce mercredi GAIA. L'association de défense des animaux reproche "aux autorités et à l'exécutif musulman d'avoir échoué lamentablement".

Au moins 534 moutons ont été abattus illégalement à domicile dans la Région de Bruxelles-Capitale, d'après les chiffres communiqués par le Secrétaire d'état bruxellois à la Propreté, Emir Kir. Ce chiffre est comparable au nombre de peaux ramassées au lendemain de la Fête du Sacrifice précédente. Le nombre d'abattages rituels effectués illégalement à domicile n'a donc pas diminué dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Mercredi matin, GAIA indique que certains de ses collaborateurs sont encore tombés sur un dépôt clandestin de peaux de moutons, abandonné au pied d'un arbre sur la Stuivenbergplein à Anvers. GAIA en a informé la police. Selon l'association, les contrevenants ne sont pas suffisamment poursuivis par les parquets, ce qui donne l'impression que l'abattage illégal à domicile peut être réalisé en toute impunité.

Enfin, GAIA a aussi protesté auprès du rédacteur en chef du journal télévisé de la RTBF contre la désinformation dans un reportage sur la Fête du Sacrifice, diffusé dans le journal du soir le samedi 30 décembre. Le reportage montrait un Musulman s'apprêtant à abattre deux moutons dans son jardin. La voix-off précisait que la pratique à domicile était autorisée avec l'obtention d'une dispense émanant des autorités locales. Selon GAIA, l'information est fausse.

Source:
www.7sur7.be

EN SAVOIR PLUS:
Les abattages à domicile pour l'Aïd-el-Kebir n'ont pas diminué
www.7sur7.be



Répondre
12/01/2007, 22h49
Je vous envoie ceci car vous avez surment entendu de cette histoire à propos de ce chien battu à mort dans une cour d'école voici tout les infos de cette triste histoire,ce crime doit être punit et cet homme mérite le même sort pour qu'il comprenne le mal que cet animal a du endurer pendant tout ce temps,honte à cet homme et il faut que justice soit faite sinon cet homme recommencera mais dans un endroit où que personne cette fois puisse libérer l'animal


Le chien porte encore les marques des violents coups qu’il a reçus à la tête mardi soir. Il a été retrouvé attaché à la clôture d’une école primaire. Aujourd’hui, il se porte mieux.

C'est un bien triste spectacle qui attendait les policiers de la Sécurité publique et les patrouilleurs de la Société protectrice des animaux de la Mauricie, dans la nuit de mardi à mercredi.

Un peu après minuit et demi, un chien a été découvert dans la cour de l'école Saint-Philippe à Trois-Rivières. Sauvagement battue et attachée à une clôture à l'aide d'une corde à linge, la bête avait visiblement été laissée pour morte, estime le directeur de la SPAM, Serge Marquis.

Selon les premières observations, l'animal aurait été frappé à la tête avec une extrême violence, probablement avec un marteau ou un bâton. Il présentait une blessure ouverte au front et au-dessus de l'oeil. Lorsqu'il a été trouvé, il était à peine conscient et gisait sous la pluie. Du sang coulait de son museau, laissant croire qu'il présentait des lésions internes.

L'animal a rapidement été conduit chez un vétérinaire, qui a constaté qu'il ne présentait aucune blessure interne. On lui a administré les premiers soins avant de le retourner aux bureaux de la SPAM, où il reprend des forces depuis maintenant deux jours.

"Je n'en reviens tout simplement pas. Je suis ici depuis deux ans, et c'est clairement le pire cas de cruauté animale qu'il m'a été donné de voir", s'insurge Serge Marquis.

Tous les détails dans la version papier du Nouvelliste du 1er décembre 2006.

www.cyberpresse.ca
Répondre
12/01/2007, 22h53
Cruauté animale : un homme accusé
Marie-Eve Lafontaine

Le Nouvelliste

Trois-Rivières

Les policiers de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont possiblement mis la main sur celui qui avait battu sauvagement un chien dans la cour de l'école Saint-Paul, le 28 novembre dernier. Armand Grenier, 54 ans, de Trois-Rivières, a été formellement accusé d'avoir blessé et fait souffrir inutilement un animal.

C'est lundi qu'un mandat d'arrestation a été émis contre Grenier. La même journée, il s'est présenté au palais de justice de Trois-Rivières où il a comparu. Il a été remis en liberté et devra revenir devant la cour le 13 février.

Ensanglanté et à peine conscient, le bull mastiff avait été retrouvé attaché avec une corde à linge à la clôture de l'école Saint-Paul. Il avait été laissé pour mort après avoir été brutalement frappé à la tête et au scrotum à l'aide d'un objet contondant, possiblement un bâton ou un marteau.

Il se trouve toujours à la Société protectrice des animaux de la Mauricie (SPAM) où il continue à prendre du mieux. Le directeur général de l'organisme, Serge Marquis, espère lui trouver une famille d'ici la fin du mois de janvier. Il a fait l'objet d'examens comportementaux au cours des dernières semaines. Il ne semble pas agressif, mais la SPAM veut quand même choisir sa prochaine famille avec attention.

Tous les détails dans l'édition papier du Nouvelliste du 11 janvier 2007.
www.cyberpresse.ca

ici on peu voir plus l'ampleur et le massacre et la souffrance que cet animal a du endurer mais il était fort il ne voulait pas mourir et j'espère que justice soit fait pour une fois

www.lhebdojournal.com
re-www.lhebdojournal.com
Répondre
17/01/2007, 00h18
Condamné pour avoir fait bouillir un chat

Le Soleil

Thetford Mines


Une horrible histoire de cruauté envers les animaux a connu son dénouement dernièrement, au palais de justice de Thetford Mines, quand François Delisle, un homme de 26 ans de Saint-Laurent, île d'Orléans, a reçu une sentence de 12 mois de probation en plus de devoir payer une amende de 500$ et de verser un don de 500$ à la Société protectrice des animaux (SPA).

En octobre 2005, Delisle habitait chez un oncle à Thetford Mines et ce dernier avait décidé de le mettre à la porte car il ne payait pas sa part du loyer. Fâché contre son oncle et contre le chat de ce dernier, qui aurait endommagé son lit d'eau, Delisle a décidé de se venger de façon cruelle. Il a brisé le cou de l'animal pour ensuite l'attacher et le faire bouillir dans un chaudron.

Son oncle a fait la macabre découverte quelques heures plus tard, après avoir remarqué une odeur particulière qui s'échappait du logement. Il a immédiatement contacté les policiers.

Repenti

Questionné hier par la procureure de la Couronne, Me Céline Cyr, a déclaré qu'il était prêt à se soumettre à un suivi psychiatrique, même s'il s'y était au départ opposé.

«Depuis un an, j'ai pu me repentir et parler avec mon oncle. à l'époque, j'avais beaucoup de problèmes. J'avais perdu ma maison ainsi que mon emploi et mon oncle m'avait mis dehors. J'ai pété les plombs et, aujourd'hui, je le regrette», a-t-il déclaré.

L'avocat de Delisle, Me Enrico Théberge, a ensuite présenté au juge Narcisse Proulx une suggestion de sentence approuvée par la Couronne, soit une période de probation assortie d'un suivi psychiatrique, d'ateliers pour aider à contrôler l'impulsivité et d'une amende de 1000 $.

«J'accepte partiellement la suggestion car je crois que monsieur a mal réagi, de façon impulsive, mais qu'il s'agit là d'un fait ponctuel», a déclaré le juge avant de rendre sentence, remplaçant l'amende de 1000 $ suggérée par une amende de 500 $ assortie d'un don équivalent à la SPA, des sommes qu'il devra acquitter dans un délai de huit mois.

Ridicule et dérisoir comme peine ! en comparaison à l'act !!! Smiley

www.cyberpresse.ca
Répondre
19/01/2007, 20h20
Presse Canadienne

18 janvier 2007

Saint-Philippe


Un autre cas de chiens maltraités est mis au jour sur la rive-sud de Montréal, cette fois à Saint-Phillipe, en Montérégie.

Entre 20 et 30 chiens ont été abandonnés dans une grange sans eau, nourriture et chauffage au 73 rue St-Pierre, de cette petite municipalité de 4763 habitants.

Une opération de sauvetage de ces animaux s’est amorcée en fin d'avant-midi jeudi par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux et la Régie intermunicipale de police de Roussillon.

Le porte-parole de la police, Guy Lépine, explique que les policiers ont tenté de joindre le locataire des lieux, mais sans succès.

Il est possible que l'homme qui loue la résidence à proximité de la grange n'habite pas les lieux. Ce dernier pourrait éventuellement faire face à des accusations prévues au code criminel en ce qui concerne les animaux maltraités.

www.cyberpresse.ca

Répondre
26/01/2007, 02h02
Vous êtes sûrement pas au courant de cette histoire canadienne, voilà, c'est un éleveur de porcs qui a été arrêté pour le meurtre de 26 femmes, mais tout porte à croire que le nombre réel serait de 49 femmes, en fait, il visait le chiffre 50, il est présentement détenu pour subir son procès, voici les dernières nouvelles le concernant :

Il a déjà avoué avoir tué plusieurs petits cochons, voir ci-dessous les nouvelles!
____________________

Canada/affaire Pickton: têtes humaines trouvées dans un congélateur

NEW WESTMINSTER - Robert Pickton, accusé d'être le pire meurtrier en série de l'histoire du Canada, avait entreposé dans un congélateur les têtes de deux de ses victimes, a affirmé lundi un procureur. En prison, il aurait avoué 49 meurtres.

Le procureur Derrill Prevett a donné un aperçu des horreurs reprochées à l'ancien éleveur de porcs âgé de 57 ans, lors de l'ouverture de son procès devant un jury à New Westminster, dans la banlieue de Vancouver. Le juge ne se trompait guère en annonçant aux jurés qu'ils risquaient d'assister à un film d'horreur.

Parmi les découvertes macabres faites par la police sur le terrain de la ferme de Pickton et rendues publiques pour la première fois lundi, figurent deux têtes de femmes qui avaient été entreposées dans des seaux de plastique, retrouvés dans un congélateur. Les seaux contenaient aussi des parties de mains et de pieds des victimes. "Dans les deux cas, la tête avait été coupée en deux verticalement", a précisé le procureur Prevett.

Il a également affirmé que l'accusation produirait un enregistrement dans lequel Pickton semble avouer 49 meurtres. Celui-ci y déclare à un policier se faisant passer pour un co-détenu qu'il aurait voulu commettre un autre meurtre "pour arriver au chiffre rond de 50".

Pickton, qui a plaidé non-coupable, est accusé d'avoir tué 26 femmes. Mais dans le procès qui s'est ouvert lundi et doit durer un an, il répondra de six meurtres. En raison du volume et de la complexité du dossier, un second procès portant sur les 20 autres cas aura lieu plus tard. Ces six victimes sont toutes des femmes qui se droguaient et se livraient à la prostitution.

La police avait creusé la terre sur une profondeur de plusieurs mètres dans la ferme Pickton située à Port Coquitlam à une cinquantaine de km de Vancouver. Elle y a trouvé des ossements humains et d'animaux ainsi que des dents, selon le procureur. La défense est intervenue brièvement pour dire que Robert Pickton n'était pas coupable et pour appeler le jury à bien mesurer les capacités mentales de l'accusé.

http://www.romandie.com/infos/ats/display....sociate=PHF1547

Pickton donnait ses victimes à manger aux cochons

( Donc... plusieurs personnes qui ont mangé les cochons, ont mangé de la chair humaine ) Oups!

Presse Canadienne

Une connaissance du présumé tueur en série Robert Pickton a déclaré à la police que Pickton lui avait déjà dit qu'il avait tué des femmes par derrière, les avait saignées et données en pâture à ses cochons .

L'interrogatoire d'Andy Bellwood a été montré à Pickton pendant l'interrogatoire de ce dernier, qui a eu lieu en février 2002, après son arrestation pour deux chefs d'accusation de meurtre prémédité à la suite de la mort de Mona Wilson et Sereena Abotsway.

«Il m'en a parlé, de la façon dont il les tuait», déclare M. Bellwood sur la bande vidéo.
Une partie de l'interrogatoire de Pickton, qui a duré 11 heures et a été enregistré sur bande vidéo, a été présentée à son procès, mercredi.

Pendant son interrogatoire, Pickton a aussi regardé l'interrogatoire d'un autre ami, Scott Chubb.

M. Chubb a déclaré que Pickton lui avait dit qu'une bonne façon de tuer des prostituées consistait à leur injecter du lave-glace par seringue parce qu'elles sont toxicomanes.

«Si tu voulais te débarrasser de quelqu'un comme une toxicomane ou quelque chose comme ça, tu pourrais prendre du lave-glace, en mettre dans une seringue et lui injecter», aurait dit Pickton à Chubb selon ce dernier.

Pickton fait l'objet de 26 chefs d'accusation de meurtre prémédité à la suite de la mort de plusieurs femmes, qui pour la plupart étaient des prostituées du secteur Eastside, dans le centre-ville de Vancouver. Le procès en cours concerne seulement six chefs d'accusation.

Durant l'interrogatoire de Pickton, un policier de la GRC lui a déclaré qu'un test à l'ADN avait permis d'établir la preuve irréfutable qu'il avait assassiné une femme à sa ferme de Port Coquitlam, en Colombie-Britannique.

Durant cet interrogatoire, le sergent Bill Fordy a montré à Pickton des photos démontrant qu'il y avait du sang sur des matelas, des murs et des planchers, ainsi qu'à un endroit où un corps avait été traîné par terre.

«Ce sont des quantités importantes de sang, Rob, déclare alors M. Fordy à Pickton, ajoutant que le sang était celui de Mona Wilson. Cette scène du crime est un rêve devenu réalité.»

Le policier a par ailleurs expliqué à Pickton que la scène du crime faisait l'objet d'une enquête de la part de spécialistes et qu'il allait être condamné pour meurtre.

«Mais ça ne veut pas nécessairement dire que je l'ai fait, rétorque alors Pickton. Je n'ai rien fait, je ne la connais pas. (...) Je ne connais pas son visage, ni rien d'autre.»

Pendant l'interrogatoire enregistré, Pickton admet être le propriétaire d'une arme de calibre .22, affirmant toutefois l'utiliser pour abattre des porcs.

SUITE DE LA NOUVELLE: http://www.cyberpresse.ca/article/20070124...92/CPACTUALITES


Violence envers les animaux, violence envers les humains quand est-ce que les gens vont comprendre ça? Rage

Il reconnaît avoir un fusil de calibre 22, mais uniquement pour abattre des porcs

Yves Boisvert

envoyé spécial, La Presse

New Westminster, Colombie-Britannique


Quand le policier lui a fait entendre le témoignage d’un homme affirmant qu’il abattait des femmes et qu’il les donnait à manger aux cochons , Robert Pickton a éclaté de rire. Mais d’un rire un peu forcé, comme si la chose était ridicule.

Il reconnaît avoir un fusil de calibre 22, mais uniquement pour abattre des porcs, dit-il. « Il faut parfois tirer trois, quatre, cinq fois, car ils ont le crâne très dur. Et il faut mettre un sac de plastique comme silencieux, ajoute-t-il. Oh, je ne devrais pas parler… »

Dans la salle d’audience, Pickton observe la vidéo sans réagir, tenant son cahier à anneaux sur ses genoux. Aujourd’hui, le jury entendra la suite de l’interrogatoire, à la fin duquel Pickton passe aux aveux.

Suite de la nouvelle: http://www.cyberpresse.ca/article/20070125...92/CPACTUALITES

Répondre
26/01/2007, 02h03
Canada : Pickton donnait les corps des victimes à manger aux cochons


jeudi 25 janvier 2007


Le Canadien Robert Pickton, accusé d’avoir tué 26 femmes, donnait les dépouilles de ses victimes à manger à ses cochons, a affirmé un ancien employé de sa ferme. Le témoignage, dont une vidéo a été diffusée lors du procès, remontait à 2002.

"Il les amenait dans une pièce et les donnait à manger aux cochons", déclare Andy Bell, ex-employé de Pickton dans un extrait vidéo montré à Pickton lors de son interrogatoire par la police, au lendemain de son arrestation en février 2002. Pickton réagit en s’exclamant "Oh ! Ça alors !", avant de rire et de dire : "en voila une drôle d’histoire".

En 2004, les autorités sanitaires de Colombie-Britannique avaient mis en garde la population contre la consommation de saucisses fabriquées dans la région, de crainte que la viande provenant de la porcherie Pickton ne contienne des restes humains.

Les jurés ont poursuivi mercredi l’écoute de l’enregistrement de l’interrogatoire de 11 heures de l’ancien éleveur de porcs âgé de 57 ans dans lequel celui-ci qualifie de "foutaises" les accusations contre lui. Dans cet enregistrement réalisé alors qu’il n’était accusé que de deux meurtres et que la police n’avait pas encore découvert de restes humains chez lui, Pickton affirme "être un simple éleveur de porcs", victime d’un "coup monté".

Dans la partie diffusée mercredi, Pickton déclare notamment au policier l’interrogeant qu’il se servait de son pistolet recouvert d’un godemiché en guise de silencieux pour faire moins de bruit lorsqu’il abattait les porcs qu’il élevait. A l’ouverture du procès lundi, le procureur Derrill Prevett avait présenté le pistolet et le godemiché découverts sur le terrain de la ferme de Pickton comme une importante pièce à conviction contre lui. Il avait indiqué que le godemiché portait des traces d’ADN de Pickton et d’une des six femmes qu’il est accusé d’avoir tuées.

Robert Pickton, qui a plaidé non-coupable, est accusé d’avoir tué 26 femmes, mais il n’est jugé dans le procès actuel que pour six meurtres.

SOURCE: www.armees.com


Répondre
26/01/2007, 11h23
Jeudi 25 janvier 2007 - Pointe-à-la-Croix – Dès 6 heures ce matin, des agents de protection de la faune du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec (MRNF), du Nouveau-Brunswick et d’Environnement Canada ont mis fin aux pratiques illégales de chasse d’un groupe de braconniers qui exerçaient leurs activités principalement dans les régions de la Gaspésie et du nord du Nouveau-Brunswick.

Cette opération, nommé « Renard croisé », a nécessité l’intervention de 90 agents de protection de la faune du Québec, de 27 agents de protection de la faune du Nouveau-Brunswick et de 14 agents de la faune d’Environnement Canada. Les actes de braconnage reprochés concernent principalement l’orignal et le cerf de Virginie. Dans de nombreux cas, de la viande braconnée a été acheminée illégalement entre le Québec et le Nouveau-Brunswick afin d’échapper aux contrôles provinciaux.

Deux années d’enquête ont permis aux agents d’accumuler les preuves nécessaires pour intercepter les individus. En tout, une cinquantaine de suspects de la région de Pointe-à-la-Croix et du nord du Nouveau-Brunswick ont été interrogés ce matin. Il est possible que d’autres personnes puissent être rencontrées au cours des prochains jours.

Opération « Renard croisé »

Actuellement, plus de 250 chefs d’accusation, en vertus des lois provinciales et fédérales, ont été comptabilisés. S’ils sont reconnus coupables, les individus sont passibles d’amendes pouvant totaliser plus de 500 000 $ au niveau provincial. Pour les infractions à la loi fédérale, les peines maximales sont de 300 000 $ et / ou emprisonnement pour une période pouvant aller jusqu’à cinq ans. Il est important de mentionner que la participation du maître-chien ainsi que celle du laboratoire d’expertise biolégale de la Protection de la faune du Québec ont permis de trouver et de confirmer différentes pièces à conviction dans le cadre de cette enquête. La Gendarmerie royale du Canada, la Sûreté du Québec et la Police de Listuguj ont également participé à l’opération de ce matin.

Les faits reprochés aux individus sont, entre autres, la chasse de nuit au cerf de Virginie à l’aide de projecteurs, la chasse de nuit à l’orignal, l’abattage d’orignaux femelles, le blanchiment de viande, la vente de chair d’orignal, l’utilisation de « call » électronique et l’utilisation de véhicule dans le but de pourchasser les orignaux, les estropier par impact puis les récupérer. L’enquête devrait également permettre de porter des accusations de possession illégale, de surplus d’abattage, ainsi que différentes infractions liées à la chasse aux cerfs et à l’orignal. Étant donné que les activités reprochées ont eu lieu au Québec et au Nouveau-Brunswick, l’enquête devrait démontrer que plusieurs individus étaient en possession illégale de viande braconnée et qu’ils ont également fait du transport illégal entre les provinces, ce qui contrevient à la loi fédérale.

L’opération d’aujourd’hui a mené à la perquisition et à la saisie de chair de gros gibier, de carabine de chasse, de deux camionnettes ainsi que de divers articles de chasse.

Lire la suite:

Qu'en pensez-vous ? Donnez votre opinion
http://www.rds.ca/chasse/chroniques/221881.html
Répondre
26/01/2007, 20h03
2007-01-26 16:04:23

KINSHASA, 26 janvier (XINHUA) -- Les Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) ont appelé jeudi les dirigeants congolais et les bailleurs de fonds à l'aider à mener son programme de protection des espèces animales dans le parc national des Virunga, dans l'est de la RDCongo.

L'ICCN affirme que les militaires du centre de brassage situé dans le parc, les différents groupes armés se livrent au massacre des animaux du parc national des Virunga."Nous appelons les autorités à neutraliser ces groupes armés qui se livrent au massacre des gorilles de montagnes, des singes, hippopotames et antilopes dans le parc", a dit le responsable de l'Iccn Cosma Wilango.

Il a indiqué que 900 hippopotames ont déjà été tués par des militaires et des miliciens armés qui mènent des opérations dans le parc. Déjà au mois de janvier, deux gorilles de montagnes ont été tués par des éléments du général dissident Nkunda . Créé en 1925, le parc national des Virunga, dans l'est de la RDC est le plus ancien parc de l'Afrique

http://www.french.xinhuanet.com/french/200...tent_380546.htm
Répondre
26/01/2007, 20h12
TOKYO (Reuters) - L'équipe d'un parc aquatique japonais a pu filmer cette semaine un spécimen de requin rarement vu vivant, son habitat naturel se situant à une profondeur comprise entre 600 et 1.000 mètres.

Un pêcheur a alerté dimanche le parc Awashima de Shizuoka, au sud de Tokyo, après avoir observé un drôle d'animal aquatique ressemblant à une anguille avec une gueule pleine de dents acérées.

Le personnel du parc a pu capturer la créature, qui mesure 1,6 mètre, et l'a identifiée comme étant une femelle de requin lézard, souvent qualifié de "fossile vivant" étant donné le peu d'évolution de l'espèce depuis la Préhistoire.

Le requin est mort quelques heures après sa capture.

"Nous pensons qu'il est venu vers la surface parce qu'il était malade, ou alors qu'il était affaibli parce qu'il était dans des eaux peu profondes", a déclaré un responsable du parc.

un requin du fond des ages et du fond des mer

Une vidéo de la bête ici :

http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=16509
Répondre
30/01/2007, 23h08
Plus d'une centaine de chiens empoisonnés dans un village du sud de la Chine pour être vendus comme viande
Presse Canadienne

Des voleurs ont empoisonné au cours des derniers mois plus d'une centaine de chiens dans un village du sud de la Chine pour probablement les revendre comme viande à des restaurants.

Dans un entretien téléphonique, Yu Tiansong, le président du conseil municipal de Taian dans la province de Guangdong a précisé mardi que les voleurs ont donné des nouilles empoisonnées aux chiens avant de récupérer les corps. "Les voleurs agissaient la nuit vers minuit à bicyclette. Ils parcouraient le village et donnaient aux chiens des pâtes de riz empoisonnées", a souligné Yu. On ignore encore la nature du poison utilisé;

Selon Yu, les chiens mouraient dans les dix minutes qui suivaient l'ingestion de la nourriture toxique et les voleurs emportaient les cadavres pour les revendre à des restaurants. Il a précisé que plus d'une centaine de chiens ont été tués au cours des derniers mois. "Ils n'emportent que les chiens les plus gros et le lendemain matin on peut voir les cadavres des chiens les plus petits éparpillés dans les rues du village", a déclaré Yu.

Selon le quotidien "Yangcheng Evening News" qui cite l'un des chiens empoisonnés, les restaurants bon marché sont connus pour acheter les animaux morts. La viande canine est couramment au menu en Chine. "Un chien vivant peut être vendu environ 300 yuans (30 euros) mais certaines restaurants achètent également des chiens morts", écrit le quotidien.

La police n'a encore procédé à aucune arrestation. La Société internationale protectrice des animaux (Humane Society International) estime que 5 400 chats et chiens sont tués quotidiennement en Chine pour leur peau. De son côté, le gouvernement chinois affirme que la sensibilisation à la protection animale augmente avec la croissance économique du pays.

http://www.matin.qc.ca/divers.php?article=20070130072109


Répondre
30/01/2007, 23h41
vendredi 12 janvier 2007 - Par Soir Info


Un drame, pour le moins insolite, est survenu au début de cette année à “ Petit Paris ”, modeste campement situé dans le département de Tanda. Un manœuvre agricole a, en effet, trouvé la mort, à la suite d’une forte hémorragie causé par un chien qui lui a littéralement tranché la gorge.


C’était dans la matinée du dimanche 7 janvier dernier. Comment en sommes-nous arrivés là ? Des informations qui nous sont parvenues, il ressort que Hien Laurent, manœuvre agricole de son état, âgé d’environ 38 ans, est un féru de la viande de chien. Malheureusement pour lui, à l’occasion des récentes fête de fin d’année, il ne s’est contenté, à son grand dam, que de l’une des nombreuses pintades qu’il élève dans son campement. C’est évident qu’il avait souhaité mieux festoyer en s’offrant, pour la circonstance, une bonne viande fraîche de chien .

Et c’est justement ce regret qu’il exprime, le samedi 6 janvier dernier, à l’un de ses amis qui, lui, habite un autre campement situé non loin du sien. Comme par hasard, cet ami lui révèle que cela tombe bien. Vu qu’il a justement l’intention de se débarrasser de son énorme molosse. La raison est que son chien, autrefois discipliné, lui donne, ces derniers temps, de nombreux soucis en s’attaquant pratiquement à tout le monde . L’occasion est plus que belle pour Laurent qui salive déjà. Les fêtes sont passées, c’est vrai, mais il se dit qu’il a une belle opportunité de prendre une revanche sur le passé. Rendez-vous est donc pris pour le dimanche 7 janvier, dans le campement de l’ami de Laurent. Sur place, le traquenard qui est tendu à l’infortuné chien semble infaillible. Les moments qui suivent, l’animal est en effet assommé d’un violent coup de gourdin. C’est dans un hurlement effroyable que le clébard s’affaisse avant de demeurer inerte On le croit mort . Laurent, le visage rayonnant de joie, s’en empare et le fourre dans un grand sac certainement confectionné pour le transfert de ce genre de dépouilles .

Cela fait, il enfourche son vélo et rejoint son campement. Et pourtant, un drame va subvenir. Et cela, Laurent est loin de le savoir. Une fois chez lui, il entreprend de faire sortir son gibier du sac, en le saisissant par les pattes avant. Ce qui se produit se passe alors en une fraction de secondes. En effet, l’animal qui, en fait, n’était qu’étourdi par le coup reçu et qui, entre-temps, a retrouvé ses esprits, prend brusquement appui sur la poitrine du manœuvre et le mord à la gorge. A l’aide de ses puissantes mâchoires, il fait littéralement exploser la pomme d’Adam et autres vaisseaux sanguins de Laurent qui s’écroule dans un terrible cri de douleur. L’animal en profite pour s’évanouir dans la nature. Le manœuvre agricole, qui saigne abondamment, est très mal en point. Il se débat au sol appelant à l’aide. De bonnes volontés accourent et entreprennent de l’évacuer vers un centre de santé. Hélas, ( BIEN FAIT POUR LUI OUI ) elles n’iront pas loin. Laurent, qui s’était déjà pratiquement vidé de son sang, trouvera la mort les moments qui suivent. Triste fin pour ce manœuvre qui voulait à tout prix festoyer avec la chair d’un canin. Vraiment, une affaire de chien. Au propre comme au figuré.

Zephirin NANGO

http://news.abidjan.net/article/index.asp?n=232062



Répondre
31/01/2007, 09h46
Comme quelqu'un me l'a dit récemment [size=medium]LES HOMMES SONT VRAIMENT DE GRANDS MALADES...[/size]

D'UNE CRUAUTE QUI DEPASSE TOUT ENTENDEMENT, TOUJOURS AU DELA DE CE QUE L'ON PEUT IMAGINER...

DESOLEE MAG, MAIS JE NE PEUX JAMAIS REGARDER JUSQU'AU BOUT LES IMAGES INSOUTENABLES DIFFUSEES SUR CE POSTE.
Cela me prend aux "tripes" comme si l'on touchait à ma propre famille et surtout ces animaux sont sans défense face à la cruauté des hommes et à leur imagination défaillante...
Répondre
03/02/2007, 15h21
Certains chasseurs de tangue semblent avoir une dent contre leur chien. Plusieurs animaux ont été retrouvés avec des crocs sciés ou des dents arrachées par des chasseurs de tangue ou braconniers peu scrupuleux. Un acte de cruauté qu’ils estiment indispensable pour ne pas abîmer le gibier vendu au marché noir.

Septembre 2005. Les côtes saillantes, un jeune berger allemand divague dans un lotissement de Saint-André. Frappé par la maigreur du chien, un habitant décide de le conduire à la SPA. Jusqu’ici, rien d’anormal dans la Réunion des chiens la kour. Mais les responsables du refuge de la Jamaïque découvrent avec horreur que Max est dépourvu d’incisives et a les deux
crocs du bas sciés. Comme beaucoup de chiens participant à la chasse au tangue, ses incisives ont été limées jusqu’à la racine et ont fini par pourrir avant de tomber. “J’ai dû le nourrir pendant 15 jours à la main pour le sauver”, raconte aujourd’hui sa nouvelle maîtresse. La présidente de la SPA, Denise Sula, n’est pas surprise de la découverte : “C’est assez fréquent comme pratique, on recueille régulièrement des gros ou des petits chiens auxquels il manque un bout des crocs.” Elle ignorait cependant le motif de cette mutilation. Conséquence directe pour ces animaux recueillis par la SPA : ils auront plus de difficulté à se faire adopter. Et donc plus de risque d’être euthanasié. Pour retrouver la trace des bourreaux, il faut sonner à la porte de certains chasseurs ou braconniers de tangue aux mœurs singulières. La pratique est néanmoins connue de tous les adeptes de ce type de chasse. On lime, scie ou arrache (avec une tenaille) les dents des chiens participant au débusquement du gibier afin qu’ils ne perforent pas la peau du tangue. “Si l’animal est blessé, il a le temps de bleuir et ça peut s’infecter”, explique un chasseur. Officiellement, l’objectif est de manger un gibier sain en famille. Officieusement, il permet de négocier un meilleur prix au marché noir. Le kilo de tangue s’écoule à 10 euros en
moyenne. Même si sa vente est interdite en dehors des périodes légales de chasse. (du 15 février au 15 avril).

150 euros la canine

“Si on a trop de pertes, c’est normal de couper les dents de son chien”, affirme un chasseur. “Il suffit que le chien n’attaque pas et on ne lui coupera pas les dents”, raisonne avec une “logique” implacable son
camarade. Durant les parties de chasse, un chien mal dressé -ce sont pour la plupart des Royal-Bourbon- peut dépecer le tangue dans l’excitation ou pour se défendre. Normalement, son rôle est de pister et de prévenir son maître d’un aboiement. Point barre. Attention à l’excès de zèle. Il peut-être réprimandé par un “bon” coup de scie à métaux. Un geste dont la plupart des auteurs n’ont même pas conscience de la barbarie. D’autres excusent leur brutalité par des soucis financiers. “Je me suis renseigné auprès de vétérinaires et ils me prennent 150 euros pour arracher une canine. Tout le monde n’a pas les moyens. Alors il faut le faire soi-même”, confie un chasseur de tangue. Un acte qui peut être lourd de conséquences sur le plan médical. “Dans ces cas, les soins apportés aux dents sont impossibles, explique Valérie Bénard, vétérinaire ayant déjà rencontré plusieurs chiens aux quatre canines sciées. Il faudrait réaliser un traitement canalaire mais peu de vétérinaires à la Réunion sont équipés. Le risque principal est l’infection au niveau de l’os car le canal est ouvert. Ça peut même aller jusqu’à l’ostéomyélite -inflammation des os, ndlr- de la mâchoire. Le
chien ressent une grande douleur et refuse alors de s’alimenter.” La mort
assurée. Sans arriver jusque-là, les chiens souffrent tout simplement d’avoir
les nerfs dentaires à vif. Cela correspondrait pour les humains à une sorte de rage de dent permanente. Difficile de mesurer l’ampleur de cette pratique. Selon le vice-président de la Fédération départementale des chasseurs (FDC) de la Réunion, “ce n’est pas une pratique courante”.

“C’est inadmissible”

D’un autre côté, plusieurs chasseurs, préférant rester anonymes, avancent une représentativité de 40 %. Il semble que l’usage est cependant de moins en moins répandu et serait le fait de gramouns ou adeptes de traditions. Bien sûr, ce sont les braconniers qui s’adonnent en majorité à ces pratiques. Tout simplement parce qu’ils représentent la plupart des
dénicheurs de tangues. 350 chasseurs de tangue ont validé leur permis cette année (sur les forêts domaniales) alors qu’on estime à plus de 3 000 le nombre de braconniers. “Scier les dents de son chien, c’est inadmissible, soutient la FDC de la Réunion. Par contre, limer les dents d’un chien d’arrêt qui manque d’obéissance, c’est normal.” A l’appréciation de chacun. Fort heureusement, la plupart des chasseurs préfèrent aujourd’hui utiliser une muselière pour ne pas gâter la viande. Une simple corde ou un foulard font aussi souvent l’affaire. “On ne veut pas faire mal à nos bêtes, affirme un chasseur. On tient trop à eux. On ne pourrait pas débusquer un tangue sans leur aide.”

source:

http://www.clicanoo.com/article.php3?id_article=120891
Répondre
10/02/2007, 13h15
Le vendredi 02 février 2007

Agence France-Presse, Los Angeles

Cinq personnes arrêtées en flagrant délit de cambriolage en Californie risquent en outre des poursuites pour cruauté envers animal, le chihuahua de la maison dans laquelle ils s'étaient introduits ayant été retrouvé dans un congélateur, a annoncé jeudi la police.

L'incident s'est produit à Lancaster, à 80 km au nord de Los Angeles. Appelée mercredi matin sur les lieux d'un cambriolage, la police a arrêté un adulte et quatre adolescents, pris sur le fait.

Mais l'occupante de la maison a signalé que son petit chien avait disparu. L'animal a finalement été retrouvé dans un congélateur. Il devrait survivre, selon le vétérinaire qui l'a examiné.

Le code pénal californien prévoit un an de prison et jusqu'à 20 000 dollars d'amende pour les personnes reconnues coupables de cruauté envers animal.

www.cyberpresse.ca
Répondre
11/02/2007, 23h20
[iLe 9 février 2007 - 20:27]

Deux frères sont emprisonnés pour avoir placé un chiot vivant dans un four

Presse Canadienne



This puppy is similar in size, age, and coloring to the puppy who was tortured and baked to death
Ce chiot est similaire a celui qui a subit les tortures, il avait aussi le meme âge.

Deux adolescents ont été condamnés à 10 ans de prison chacun pour avoir torturé un chiot en le faisant cuire, vivant, dans un four . ( j'ai lu en anglais que c'étais juste 10 de probation: 10 years prison followed by 10 years probation ) ????

Joshua Moulder, 17 ans, et son frère Justin, 19 ans, avaient reconnu leur culpabilité en janvier à plusieurs chefs d'accusation, dont vol avec effraction, dommages criminels à la propriété, menaces terroristes et cruauté envers des enfants.

Les frères avaient invité les enfants du voisinage à voir le chiot mort, et avaient ensuite menacé de les tuer s'ils en parlaient, a affirmé la Couronne.

Les policiers ont révélé avoir trouvé le chiot de trois mois mort , le 21 août, dans le four d'un centre communautaire. Des égratignures trouvées à l'intérieur du four démontraient, selon la Couronne, que le chiot était vivant quand il y a été placé .

Une autopsie effectuée sur l'animal a déterminé que son museau et ses pattes avaient été enroulés de ruban et qu'il avait été enduit de peinture avant d'être placé dans le four, toujours selon la Couronne.

Les autorités ont aussi découvert des ordinateurs endommagés, de la vitre brisée et des éclaboussures de peinture sur les murs du centre communautaire, qui venait à peine d'être rénové.

Le premier procès des deux frères avait avorté en décembre. Leur avocat, Timothy Owens, a déclaré qu'il aurait aimé voir leur sentence être axée davantage sur la réhabilitation que sur l'incarcération.

http://www.matin.qc.ca/divers.php?article=20070209202705
Répondre
14/02/2007, 02h22
Bonjour à tous.

Ce courriel pour vous annoncer la diffusion demain soir d'un débat sur
les animaux sur France2 dans le cadre de l'émission "L'arène de France".
C'est en deuxième partie de soirée, à partir de 23h.
Alice Rallier qui représentera PETA France ainsi que Méryl Pinque
(militante antispéciste) participeront au débat aux côtés de Allain
Bougrain-Dubourg (LPO), Jean-Marc Governatori (La France en Action) et
Arno Klarsfeld (avocat). Ils seront opposés à un chasseur ainsi qu'à une
éleveuse de cochons.

Le thème du débat (provocateur) est : "L'homme accorde-t-il trop de
place à l'animal ?".

Veuillez voter et cliquer sur le lien ci-dessous afin de dire "non" :
http://arene-de-france.france2.fr/emission.php?id_article=75#

Vu que c'est le débat n°2, vous devrez probablement attendre environ
minuit pour commencer à voir le débat.

Merci !

Jérôme
http://www.PETAFrance.com
Répondre
19/02/2007, 14h46
Conférence de Jane Goodall
Cité des Sciences et de l’Industrie
Paris le 20 février à 20h
Entrée gratuite sur réservation

Page web :

www.cité-sciences.fr
Répondre
20/02/2007, 15h33
Les gens font vraiment des choses ignobles !!! Smiley

C'est hoorible !!!!!!!!!!!!!!

Quelle honte !!!!!!!!!!!!!!! Smiley Smiley

Répondre
24/02/2007, 22h59
Avec sa série de photos intitulée « Zoos chinois », le photographe chinois Chang He vient de remporter le second prix du concours du World Press Photo (WPP), dans la catégorie « photos de presse sur la nature ».

« Les animaux des zoos sont très solitaires à tel point que certains refusent même de se nourrir », explique-t-il dans le journal Oriental Morning Post. « Mais les hommes négligent souvent leur solitude. C'est pour cela que j'ai décidé de prendre ces photos pour sensibiliser le public, surtout les adultes, pour qu'ils se souviennent des animaux qui leur avaient apporté tant de joie durant leur enfance », confie-t-il.

Pour réaliser son projet, Chang He a choisi le thème de la solitude des animaux et a visité pendant un an les zoos de 12 villes dont Shanghai, Guangzhou, Beijing et Lhassa. Sur une centaine de clichés pris, il en a soumis 12 au WPP. Il a passé des heures dans les zoos, en tentant d'immortaliser les sentiments des animaux.

M.Chang ne s'attendait pas à recevoir ce prix. Il a pris ces photos pour le plaisir, pas pour le concours.

« Les animaux ont leur propre sentiment. Ils vivent dans un environnement cloisonné et font la même chose tous les jours. Il en est de même pour l'homme », conclut-il.

Suite : http://french.china.org.cn/environment/txt...ent_7824957.htm
Répondre
01/03/2007, 02h25
http://www.rtbf.be/info/belgique/ARTICLE_074127

Gaia et Animaux en péril ont été déboutés ce mercredi matin après 7 ans d'un procès à rebondissement. La société de défense des animaux avait intenté une action en justice en 2000 contre sept marchands de bétail du marché d'Anderlecht.

Source: Info radio - 28 fév 2007 12:58

Depuis 7 ans, Gaia diffuse sa vidéo, tournée en caméra cachée, dans les salles d'audience, sur internet et dans les médias. On y voit les marchands asséner des coups aux bovins avec des bâtons sur les zones sensibles, sur le museau.

En première instance, la publicité faite autour de ces images avait gêné la cour. Elle avait refusé de prendre en compte la vidéo pour une question de droit à l'image et de respect de la vie privée. Cette fois la cour a accepté le film, mais elle n'y a pas vu de maltraitance punissable.

Pour Gaia, 7 ans de bataille juridique s'achèvent ce mercredi par un coup dans l'eau. C'est un jour noir, répétait inlassablement Michel Vandenbosch, président de Gaia, à la sortie de la salle d'audience. Une salle dans laquelle il n'y avait pas de marchands, ce mercredi.
Répondre
01/03/2007, 02h36
L'acquittement des marchands de bétail d'Anderlecht, poursuivis pour maltraitance sur des animaux, par la cour d'appel de Bruxelles a suscité l'indignation de Gaia.

Le président de l'association de défense des animaux, Michel Vandenbosch, s'est déclaré déçu et indigné par l'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles. Il se demande comment la cour d'appel de Bruxelles peut prononcer un acquittement alors que celles de Liège et de Mons ont rendu des arrêts de culpabilité pour des faits identiques commis à Ciney. D'autant que le tribunal de Bruxelles a jugé recevables les images tournées en caméra cachée et qui démontrent, selon Gaia, que les animaux ont été maltraités.

La cour d'appel de Bruxelles érige la cruauté en qualité de norme, poursuit le président de Gaia. Des prévenus qui se livrent manifestement à des actes de cruauté, parmi lesquels se trouvent des hommes véreux qui ont déjà été condamnés pour trafic d'hormones et faux en écriture, sont acquittés. C'est une manifestation de mépris pour les animaux et la porte ouverte aux exactions.

L'avocat de Gaia envisage d'aller en cassation, sur base de l'insécurité juridique créée par cet arrêt en totale opposition avec les condamnations intervenues à Liège et à Mons pour des faits identiques. (belga)

http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_...n=homeBottomOvz
Répondre
02/03/2007, 15h32
CHARBONNIERES-LES-VARENNES (Puy-de-Dôme), 27 fév 2007 (AFP) - Seize chiens ont été empoisonnés, dont six en sont morts, après avoir avalé des morceaux de viande imprégnés d'un produit toxique, à Charbonnières-les-Varennes (Puy-de-Dôme), a-t-on appris mardi auprès des gendarmes.

Un premier cadavre de chien avait été retrouvé début février, les autres sont morts au cours des deux dernières semaines, a-t-on appris de même source

Quatre renards, trois buses et deux chats sont également morts empoisonnés.

"Les chiens sont morts en deux à trois heures", ont indiqué les gendarmes, qui ont reçu seize plaintes de propriétaires de chiens empoisonnés. Plusieurs morceaux de viande suspects, qui avaient été disséminés sur des chemins de terre ou en bordure de bois, ont été retrouvés et sont en cours d'analyse.

Les cas d'empoisonnement sont concentrés sur le quart nord-ouest de la commune, où se trouvent plusieurs hameaux de 20 à 70 habitants, a indiqué à l'AFP Christian Marchal, le maire de Charbonnières-les-Varennes (1.500 habitants).

M. Marchal a lui-même déposé plainte mardi après-midi, après la découverte samedi de trois buses mortes, qui appartiennent à une espèce protégée.

"Il y a un fou qui sème des matières, dangereuses pour les chiens dans un premier temps, mais aussi pour l'environnement et les gens qui vivent ici", explique-t-il.

___________________

ET DIRE QUE C'EST CHEZ MOI CA !!!!! Smiley
Répondre
02/03/2007, 15h42
En moins d'un mois, dix-neuf chiens ont été empoisonnés et six sont morts à Charbonnières-les-Varennes, dans le Puy-de-Dôme.. Des cadavres de chats, de buses, de renards ont également été retrouvés dans le secteur nord-ouest de la commune, sur cinq à six hameaux...


Il semblerait que de la viande de volaille volontairement disséminée sur des chemins communaux soit à l'origine de ces mystérieux empoisonnements. Les morceaux seraient imprégnés d'un produit agricole détourné de son usage. La gendarmerie a ouvert une enquête et fait analyser les morceaux de poulets suspects. Mais à ce jour, les investigations n'ont rien donné. A Charbonnières-les-Varennes, la colère et l'inquiétude gagnent. Mercredi après-midi, à l'appel du maire, des chasseurs et des employés communaux ont ratissé le secteur : ils ont découvert de nouveaux rapaces morts. Le maire a porté plainte contre X. En cas de découverte suspecte, les autorités demandent à la population de se rapprocher des services municipaux ou de la gendarmerie. Pas de risque pour les personnes. Il est seulement recommandé de se laver les mains en cas de contact avec les morceaux de viande suspects...

source :
http://rhone-alpes-auvergne.france3.fr/
Répondre
17/04/2007, 13h59
Enquête - Les bêtes ont été retrouvées la semaine dernière dans un piteux état dans une maison de l'Aisne. Leurs propriétaires risquent deux ans de prison.

Amélie GAUTIER - le 16/04/2007 - 17h39

Aux enquêteurs, il a expliqué récupérer les chiens pour les sauver. En septembre, ce couple de Marigny-en-Orxois, un village de l'Aisne, devra répondre de "sévices graves et d'actes de cruauté". Ce délit est passible de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende.

Jeudi dernier, prévenus par un proche, la gendarmerie, les services vétérinaires de l'Aisne accompagnés de membres de la Fondation assistance animaux et de la Fondation Brigitte Bardot ont perquisitionné le domicile du couple et découvert son opération de "sauvetage" : 52 chiens, trouvés sur les bords des routes de Picardie ou adoptés dans les refuges. 52 bêtes de toutes les tailles, toutes les races à s'entasser dans la maison de trois pièces du couple. 52 animaux dans un état pitoyable.

pour lire la suite... c'est ici !
Répondre
06/05/2007, 13h45
Yorkshire torturé (05/05/2007)

18 mois et 2 ans de prison ferme pour deux jeunes voleurs

MONS Deux garçons de 17 ans, dont le juge de la jeunesse s'est dessaisi du cas, ont été condamnés vendredi par le tribunal correctionnel de Mons à 18 mois et deux ans de prison ferme pour des vols de voitures et dans des habitations. Lors d'un cambriolage le 7 novembre dernier à Hornu (Boussu), l'un d'eux avait torturé et tué un yorkshire qui l'énervait en aboyant. Il lui avait fait ingurgiter des produits toxiques avant de l'enfermer dans les toilettes. L'animal est mort 30 minutes plus tard et sa tête avait fondu.

Quand la victime est rentrée chez elle, elle a trouvé les deux jeunes en
train de manger de la pizza devant la télévision. L'un d'eux a déjà fait
l'objet de 38 ordonnances du juge de la jeunesse et de sept placements, dont quatre au centre fermé d'Everberg.

La présidente du tribunal a rejeté la demande de suspension probatoire ou de travaux d'intérêt général plaidée par la défense des mineurs. Elle a estimé que seule une peine ferme et sévère était de nature à leur faire prendre conscience de leurs actes.

www.dhnet.be
Répondre
Lancer une nouvelle discussion