Renforcer la peur chez le chien ??

Réponse Lancer une nouvelle discussion
05/03/2014, 20h11



*
On entend souvent dire*: il ne faut pas caresser un chien qui a peur car la caresse est une récompense, dès lors en le caressant on renforce sa peur. A première vue cette affirmation semble logique pourtant je ne souscris pas à cette règle qui ne résiste pas à l’examen.
*
Que renforçons-nous par la récompense*? Un comportement bien sûr. Par exemple je veux que mon chien apprenne à aller au panier, je le récompense donc à chaque fois qu’il y va, ainsi je renforce ce comportement qui va ainsi augmenter
*
Mais la peur n’est pas un comportement, c’est une émotion et je ne vois pas comment on peut renforcer une émotion par la récompense. En d’autres termes je ne saurais pas apprendre à un chien à avoir peur sur commande par la récompense. La peur va se déclencher face à un stimulus mais je ne pourrais pas mettre un ordre dessus comme on le fait pour tous les apprentissages. *Par contre, la caresse ou la friandise change l’émotion du chien ainsi en utilisant la nourriture quand le chien a peur, je lui apprends à associer cette situation à quelque chose d’agréable et par la même je change sa perception du stimulus et son état émotionnel.
*
Toutefois et c’est sans doute de là que vient la confusion, quand le chien a peur il va adopter un des 3 comportements suivants*: se figer, fuir, ou faire fuir, et c’est là que le mauvais usage de la friandise peut être dangereux.
*
En effet pour faire fuir l’objet de ses craintes le chien va se montrer agressif, et si j’utilise la friandise alors que le chien est menaçant je renforce ce comportement. Je lui apprends que l’agressivité est le comportement à adopter dans cette situation. Mais en aucune manière je n’ai renforcé sa peur, ce que je fais c’est récompenser son agressivité. Aussi si je veux rééduquer un chien craintif je peux utiliser les friandises mais avant les manifestations d’agressivité, ce qui implique de ne pas être trop près du stimulus.
*
Certains diront que je joue sur les mots mais je ne le crois pas. D’abord parce que confondre émotion et comportement ne me parait pas anodin et conduit à se priver de la possibilité de travailler sur l’émotion d’une part et le comportement d’autre part. Ensuite parce que si l’on utilise la friandise il est important de savoir si elle va renforcer un comportement et dans ce cas d’identifier lequel ou si elle va modifier la perception du chien et donc son émotion. Je crois qu’il est important de se rappeler que c’est la perception du chien* qui déclenche une émotion qui va engendrer un comportement. En clair le chien perçoit un stimulus comme dangereux, ce qui déclenche sa peur et conduit à un comportement.
*
Par exemple*: mon chien voit un enfant qui crie et s’approche de lui en faisant de grands gestes, comme il n’a pas l’habitude il perçoit cette attitude comme dangereuse ce qui déclenche sa peur, il choisit de se figer, fuir ou faire fuir. Admettons qu’il ait choisi d’aboyer pour faire fuir, il y a de grandes chances que l’enfant s’éloigne. Le chien a appris qu’aboyer faisait fuir l’objet qui lui fait peur. Il recommencera forcément.
*
Maintenant supposons qu’à chaque fois que mon chien est en présence d’enfants qui crient et courent je lui donne des friandises avant qu’il aboie pour les faire fuir. Il va associer la présence d’enfants à quelque chose d’agréable, ainsi il ne les percevra plus comme un danger, dès lors il n’en aura plus peur et n’aura donc aucune raison d’aboyer pour les faire fuir. La friandise ainsi utilisée aura modifié la perception du chien et par la même son émotion et le comportement qui en découle.
*
Si au contraire dans cette même situation je choisi d’être neutre devant la peur du chien au motif que je ne veux pas renforcer sa peur par l’usage d’une récompense, alors mon chien qui a appris à faire fuir en aboyant et qui donc se récompense en adoptant ce comportement va continuer.
*
Je peux aussi choisir de crier sur mon chien, le gronder parce qu’il aboie, le punir peut être même, mais cela sera sans effet, d’ailleurs vous l’avez certainement déjà constaté. Le chien s’estime en danger il doit se protéger et il aboiera parce qu’il a appris que cela faisait fuir ce qui lui fait peur et que sa propre sécurité est plus importante que vos réprobations.
*
Peut-être qu’à l’avenir quand votre chien aura peur, vous vous rappellerez ces lignes et vous comprendrez pourquoi vos réprimandes ne fonctionnent pas et essayerez-vous autre chose*?
*
Source*:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA
Réponse rapide à ce message
05/03/2014, 20h20
j ai lu un article dans ce sens impossible de mettre la main dessus
Réponse rapide à ce message
05/03/2014, 20h27
très intéressant

par contre, le chien n'aboie pas seulement par peur, pas facile de distinguer quand il a peur ou quand, par exemple, il prévient ses maitres

mais ça me fait plaisir de lire ceci, car à plusieurs reprises, j'ai vu Irka apeurée et j'ai réussie a la calmer avec des caresses et des paroles douces, ensuite elle allait se coucher sur son coussin apaisée
__________________
http://img15.hostingpics.net/pics/50...ureloulous.jpg


Heureuse marraine de Mindy, de Dilys et de Gala
Réponse rapide à ce message
06/03/2014, 10h17
LA PEUR :
La peur est importante car elle correspond à un instinct de survie, et l'on peut considérer qu'il est sain de vérifier s'il y a danger ou non avant de courir vers un objet ou un individu inconnu.
Le comportement naturel de méfiance consistant à s'assurer que tout est ennemi potentiel jusqu'à preuve du contraire est l'un des meilleurs car il évite au chien de se retrouver dans des situations bien souvent inconfortables et difficilement gérables.
On peut ainsi considérer que la peur est normale tant qu'elle permet à un individu "x" de s'adapter à un stimulus inconnu.
En revanche, lorsque face à un stimulus connu, un sentiment d'insécurité engendre un comportement non adapté, se traduisant par de la panique, de la fuite, des tremblements ou de l'agressivité, on peut partler d'un problème de peur.
En outre, s'il y a impossibilité d'adaptation, même lorsque l'individu est confronté de façon progressive à la source de sa peur, alors on parle de phobie.

COMMENT S'EXPRIME LA PEUR :

Par un sentiment d'agitation dû à la présence ou à l'imminence d'un danger (stimulus connu ou inconnu du chien)
La plupart des comportements qui nous posent problème chez les chiens sont dus à la peur : peur de sortir vaincu d'un conflit, peur de perdre, peur du bruit, du maître, des étrangers, des congénères

Le chien peureux peut opter pour plusieurs comportements d'apaisement, se cacher, fuir, s'immobiliser ..;ou agresser

COMPRENDRE LES REACTIONS FACE A LA PEUR :
Le chien qui se cache a 2 solutions : fuir s'il en a encore la possibilité ou agresser
Pour le chien qui fuit par peur il faut déterminer si sa fuite le maintient à une distance raisonnable, si éventuellement il cherche à nous rejoindre, ou bien si sa fuite devient une fuite panique qui le fait déconnecter et disparaître.
Dans les problèmes de peur, le chien, s'il a le choix opte toujours pour la fuite
On peut donc considérer que lorsqu'un chien passe de la défense à l'agressivité offensive, c'est qu'il n'a pas eu le choix ou bien qu'il a appris à le faire.
La principale difficulté réside dans le fait que si le chien a compris que l'agression était le meilleur moyen d'éloigner la source de sa peur, alors il devient beaucoup plus difficile de lui faire choisir de nouveau les autres options


J'arrête là pour maintenant, si vous voulez on parlera plus tard des différentes peurs et des solutions possibles
Source : educ comportementale
Réponse rapide à ce message
07/03/2014, 09h16
Je continue avec les peurs :

PEURS PRIMAIRES : le même stimulus génère l'anxiété chez le chien : on peut identifier l'objet de la peur

PEURS SECONDAIRES : peurs associées à un stimulus d'origine :
par ex : un chien, lors d'une promenade reçoit une décharge électrique d'une clôture : il se met à avoir peur de ce qu'il y avait ce jour là autour de lui : vaches, chevaux, et m^me le souffle du vent

PEURS GÉNÉRALISÉES :
une peur de départ peut très bien se généraliser à l'environnement.Cela s'explique bien souvent par le fait que le chien n'a pas eu la possibilité de fuir dès le départ.Il a donc été contraint de se contrôler et de supporter sa peur. Au bout d'un moment tout finit par l'insécuriser.
Il faut toujours penser à donner une solution au chien pour qu'il diminue son stress, ou s'apaise pour mieux repartir, sinon une panique intérieure l'envahira.

LE CHIEN PEUREUX

- sensible et réactif à son environnement :
il est considéré comme normal que certains chiens soient plus peureux voire plus sensibles que d'autres.
Un des avantages des animaux dits "sociaux" ( qui vivent en groupe) est de pouvoir partager les tâches.
Dans un groupe il y a généralement toujours 1 ou 2 chiens plus peureux, plus sensibles ( également au changement dans l'environnement) : ce sont eux qui donnent l'alerte les premiers et qui préviennent des dangers potentiels.

- peureux suite à de mauvaise associations :
Il est mal à l'aise et l'exprime par de la nervosité, une respirationplus rapide,une activité constante ou une forte réactivité.
Les chiens peureux ne montrent pas toujours les signes de peur habituellement connus : queue entre les pattes et oreilles en arrière... Au contraire, si on n'observe que le port de tête et la queue : on a parfois l'impression qu'ils sont "bien dans leurs pattes"

- peureux soumis à l'homme :
plus identifiable : queue entre les pattes, corps écrasé sur le sol, regard fuyant ou direct suivant la situation, tremblements...
Ces chiens souvent, se réfugient derrière quelqu'un,suivent un congénère plus fort et protecteur,ou fuient en accélérant la cadence.

Tous les problèmes de timidité ou de peur doivent être détectés au plus tôt pour pouvoir aider ces chiens

LES SOLUTIONS :

Il faut :
déterminer la source exacte de sa peur
déterminer ce qu'il aime par ordre d'importance
lui réapprendre à fuir
déterminer sa zone critique
être vigilant en utilisant les récompenses friandises car le chien peut les associer à sa peur et refuser de manger par la suite ou bien utiliser une tactique dans l'agression
faire en sorte que le chien soit conscient de sa peur, qu'il fasse un contrôle émotionnel sur elle, un effort pour la surmonter et qu'il soit récompensé "à ce moment précis"
utiliser certains signaux d'apaisement pour décontracter le chien
respecter le travail de contrôle émotionnel entrepris par le chien : dès qu'il vous fait comprendre qu'il ne veut pas continuer en partant, en reculant, vous devez vivement respecter sa demande et recommencer plus tard
veiller à établir une confiance absolue entre le chien et la personne qui le fait travailler : d'abord le travail sur la confiance puis le travail sur la peur


A NE PAS FAIRE
Leurrer le chien : quand on travaille sur la peur on doit affronter ensemble l'objet de la peur : le chien doit prendre conscience de sa peur et ne pas paniquer ( si c'est le cas, on repart en arrière dans sa zone de sécurité
Quand on utilise une friandise : faire attention de ne pas la donner n'importe quand et comment : elle ne doit pas être associée à la peur , au besoin du chien de fuir mais au bon comportement
(ex : vous voyez un cycliste arriver : vous "éparpillez" des croquettes devant le chien "avant" qu'il ne le voit : quand le cycliste passe, le chien bien sur voit arriver l'objet de sa peur mais il est dans un moment de "plaisir/nourriture" ce qui atténue sa crainte. Comme l'histoire de la clôture électrique plus haut : le chien associe le cycliste à un moment plaisir
Un chien qui veut fuir est un chien qui veut s'apaiser émotionnellement et se retrouver en sécurité
S'il est tenté par la récompense alors qu'il voulait justement fuir, il est probable que par la suite, se rappelant sa récompense il utilise une tactique d'approche par motivation sans avoir fait de travail sur sa peur.
Il pourrait alors passer à l'agression ou céder à la panique s'il se sentait pris au piège

COMMENT AMENER UN CHIEN A PRENDRE CONFIANCE PENDANT CET EXERCICE SUR LA PEUR ?
le stimuler à continuer mais ne jamais le forcer
ne le pousser que si la finalité est 100% agréable au chien
toujours lui offrir le moyen de récupérer émotionnellement
ne pas trop lui en demander : c'est le chien qui donne le rythme
ne pas lui offrir une solution de facilité qui ne lui ferai pas entreprendre l'effort pour surmonter sa peur


FAUT IL RASSURER LE CHIEN ?
Cela dépend du chien : certains chiens ont besoin d'être rassurés pour progresser, d'autres en profiteront pour ne pas affronter leurs peurs
Pour rassurer le chien il faut utiliser la voix, le regard, "ntre" gestuelle et certains signaux d'apaisement

Le rassurer c'est aussi lui donner la possibilité de s'écarter et de reculer pour évacuer son stress
Réponse rapide à ce message
07/03/2014, 09h30
vraiment intéressante merci beaucoup
Réponse rapide à ce message
07/03/2014, 11h27
Sylou, c'est pour toi
Réponse rapide à ce message
08/03/2014, 14h31
Merci pour ce post, il tombe vraiment à pic, car en ce moment fournaise est

J'ai l'impression de revenir deux ans en arrière. Il y a deux jours, nous étions en ballade, et elle a eu peur d'un sac poubelle posé sur le bord du chemin forestier

Quand ça lui arrive, je la rappelle au pied, et je marche comme si de rien n'était en en ignorant fournaise, et le fait qu'elle gonfle l'échine, et aboie sur ce sac.

Ais je la bonne attitude??
Réponse rapide à ce message
08/03/2014, 16h16
C'est ce que je ferais aussi...

Quand Flash était petit ( le cane corso) , un jour de promenade on est passés par un chemin de ferme au moment ou ils rentraient les animaux pour la traite.
On était encore en Suisse et il y avait beaucoup de clôtures électriques : Flash était très méfiant, il avait déjà pris une joute, et il obéissait très bien : quand il était trop près d'une clôture, le seul fait de dire attention le faisait reculer.
Ce jour là donc, on se met le long du chemin pour laisser passer les vaches : Flash n'a pas peur des vaches mais il y en a 2 qui trainent un peu et paraissent moins placides, plus énervées
Par sécurité on ordonne au chien un assis et là, la cata : le chien est de grande taille : en voulant nous obéir, l'arrière de sa tête touche un fil électrique et bien sur il prend du jus.
J'ai mis plus d'un mois à remettre les choses en place : un mois avant de pouvoir revenir à proximité et passer : juste à cet endroit il refusait d'avancer et l'on devait refaire 1/2 tour
Il y avait le problème de la clôture mais surtout le fait qu'en confiance il a obéit à un ordre et a été "puni"
Un peu plus de 3 mois après il a réussi à s'assoir au même endroit (là j'ai évalué la bonne distance), à l'ordre, sans broncher

Il fait toujours être très patient et cohérent avec nos loulous mais tout est possible ( je n'ai connu qu'un chien sous médicaments)
Réponse rapide à ce message
08/03/2014, 20h57
Merci beaucoup Sylvie! j'ai tout copier pour lire à tête reposée et aussi souvent que le besoin se fera sentir!

aux 3 gros loulous
__________________
http://img15.hostingpics.net/pics/50...ureloulous.jpg


Heureuse marraine de Mindy, de Dilys et de Gala
Réponse rapide à ce message
08/03/2014, 21h43
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :




On entend souvent dire : il ne faut pas caresser un chien qui a peur car la caresse est une récompense, dès lors en le caressant on renforce sa peur. A première vue cette affirmation semble logique pourtant je ne souscris pas à cette règle qui ne résiste pas à l’examen.
Eh bien moi j’y souscris totalement ! En prenant en compte les 3 distances qu’a le chien.
1 Distance d’apaisement, le stimulus est tellement loin qu’il n’y prête pas attention. Ici la caresse renforce son comportement, son émotion liée à l’action présente. Renifler à terre, faire caca, le jeu avec son maître, …
2 Plus près du chien la distance d’alerte où le chien prend attention au stimulus mais il est possible de communiquer avec lui. La caresse va renforcer son émotion liée à la stimulation. Si l’émotion est négative alors on renforce l’émotivité négative sur ce déclencheur.
3 Plus près encore la distance critique pour le chien. Là il est impossible de communiquer avec le chien. Le chien a 3 solution fuir, se geler, attaquer. Un chien qui a peur ne mange pas, n’apprécie pas vos apports positifs pour lui, ne vous entend pas, … s’il ne sait pas fuir, il attaque. Le stimulus s’éloigne, son comportement opérant, sa réponse, renforce son comportement vis-à-vis du déclencheur.
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
Mais la peur n’est pas un comportement, c’est une émotion et je ne vois pas comment on peut renforcer une émotion par la récompense.
Si l’on récompense une fois qu’il a fait fuir le stimulus anxiogène alors on renforce son comportement, sa réaction, sa réponse.

Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
En d’autres termes je ne saurais pas apprendre à un chien à avoir peur sur commande par la récompense.
meme chez les humains !
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
La peur va se déclencher face à un stimulus mais je ne pourrais pas mettre un ordre dessus comme on le fait pour tous les apprentissages.
je parie que si !
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
Par contre, la caresse ou la friandise change l’émotion du chien ainsi en utilisant la nourriture quand le chien a peur, je lui apprends à associer cette situation à quelque chose d’agréable et par la même je change sa perception du stimulus et son état émotionnel.
Quand on se trouve dans la solution 2, dans la distance d’alerte où l’on sait communiquer encore avec le chien. Mais si la distance est trop courte, solution 3, il est impossible de changer la réponse d’agressivité ou de fuite.


Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :

Toutefois et c’est sans doute de là que vient la confusion, quand le chien a peur il va adopter un des 3 comportements suivants : se figer, fuir, ou faire fuir, et c’est là que le mauvais usage de la friandise peut être dangereux.
alors l’auteur n’a rien compris comme expliqué ci-dessus.
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
En effet pour faire fuir l’objet de ses craintes le chien va se montrer agressif, et si j’utilise la friandise alors que le chien est menaçant je renforce ce comportement. Je lui apprends que l’agressivité est le comportement à adopter dans cette situation. Mais en aucune manière je n’ai renforcé sa peur, ce que je fais c’est récompenser son agressivité.
Si je renforce lorsque la stimulation s’éloigne alors je récompense la réponse que le chien a donné sur la stimulation. Je renforce l’émotion ! solution 3
Citation:
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA a écrit :
Aussi si je veux rééduquer un chien craintif je peux utiliser les friandises mais avant les manifestations d’agressivité, ce qui implique de ne pas être trop près du stimulus.
Lorsqu’il ne donne pas encore la réponse mais tient à l’œil la stimulation. Solution 2

Certains diront que je joue sur les mots mais je ne le crois pas. D’abord parce que confondre émotion et comportement ne me parait pas anodin [/quote] ce qui est certain c’est qu’il ambrouille avec ses mots mais ne joue avec les distances que pour se donner raison.
etc. etc.
[/quote]
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 07h46
ici un chien qui développe la peur des trottinettes.
une distance raisonnable pour ce chien est prise afin de le situer dans sa distance d'alerte (2) et non plus près (3) !

la distance est réduite en fonction du comportement du chien face à la trottinette et ce sur plusieurs périodes de travail.

https://www.youtube.com/watch?v=tdFK5rGbjJ0

de même ici avec fleur et les voitures.

https://www.facebook.com/photo.php?v=547440738607174&set=vb.204118126400041&type=3&theater

ici aussi une désensibilisation aux voitures en gardant une distance d'apaisement (2).

https://www.youtube.com/watch?v=7NltfIiGvkM
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 07h58
Mettre un sentiment sous ordre est impossible !
Provoquer un sentiment est par contre tout à fait faisable ! je peux faire peur, donner de la joie, rendre triste, heureux, …
chez les humains et de même chez un chien on peut provoquer la peur.

Il suffit de rencontrer une simulation anxiogène dans sa distance critique (3) et vous provoquerez la peur chez le chien.
et de là renforcer une peur ! ici le chien est incapable de communiquer donc vos "renforçeurs" caresses friandises et autres ne seront pas pris en compte par le chien n'ayant qu'une préoccupation dictée par son instinct de survie la fuite, l'attaque.
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 09h51

??? je n'ai pas tout compris LEBARON, à part ton opposition à M.Batiston, ce que je comprend très bien mais le texte ne vient pas de là : il est tiré de mes cours . Ont participé entre autres :

Karine Molinié : éducatrice comportementaliste. Présidente du GECC ( groupement européen des comportementalistes canins)
et formatrice au centred'étude et de formation sur le comportement animalier

Catherine Collignon : que l'on ne présente plus dans ce milieu

Alain Weiss docteur vétérinaire et comportementaliste (également vive président de la société européenne d'éthologie vétérinaire pour animaux domestiques

Pour ne citer que ces trois là qui m'ont particulièrement marquée
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 15h20
Citation:
Dragor a écrit :

??? je n'ai pas tout compris LEBARON, à part ton opposition à M.Batiston, ce que je comprend très bien mais le texte ne vient pas de là : il est tiré de mes cours .
Je ne connais pas du tout cette personne ! si une personne se trompe, je pense qu’il est normal qu’on le lui dise. Si je me trompe j’aimerai que l’on en fasse autant pour moi. Faire une erreur n’est pas négatif en soi ! il permet d’etre rectifié et de se remettre dans le bon chemin !


Citation:
Dragor a écrit :
Ont participé entre autres :

Karine Molinié : éducatrice comportementaliste. Présidente du GECC ( groupement européen des comportementalistes canins)
Ce que je pense du GECC n’est pas rose non plus ! je connais personnellement une personne qui en fait partie et je peux te dire qu’elle est dans une formule renforcement négatif dans les problèmes de comportement et travaille avec une personne que l’on a surnommé « aux chiens pendus ! » d’autres en sont dans le même cas et donne des cours particuliers qui se payent bien chère ! et toujours en méthode renforcement négatif, chien comme le loup, théorie de la dominance, …

Citation:
Dragor a écrit :
Catherine Collignon : que l'on ne présente plus dans ce milieu
Pour Catherine , je suis fort étonné qu’elle approuve ce texte !
Citation:
Dragor a écrit :
Alain Weiss docteur vétérinaire et comportementaliste (également vive président de la société européenne d'éthologie vétérinaire pour animaux domestiques

Pour ne citer que ces trois là qui m'ont particulièrement marquée
Source : Alain Weiss
http://www.ladepeche.fr/article/2013/02/28/1571783-blagnac-le-veterinaire-qui-soigne-les-betes-et-leurs-maitres.html
«On pense toujours que le comportement du chien est réglé par des rapports de domination : la meute, la hiérarchie, les dominants et les dominés… Mais si, par exemple, un maître ne base son rapport au chien que sur la domination, il se trompe.
Je ne connais pas cette personne non plus mais s’il travaille avec J. CaveRivière alors je devrais lui faire confiance à un certain point. Ce qui me gêne c’est le QUE dans cette phrase ! Ce qui veut dire qu’il approuve cette hiérarchie basée sur la dominance mais pas que ça ! Nous savons tous que la théorie de la dominance en rapport avec une autre espèce est obsolète !



Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 15h31
Citation:
Dragor a écrit :




On entend souvent dire : il ne faut pas caresser un chien qui a peur car la caresse est une récompense, dès lors en le caressant on renforce sa peur. A première vue cette affirmation semble logique pourtant je ne souscris pas à cette règle qui ne résiste pas à l’examen.

Source :
Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA
En résumé tout dépend le moment où l’on caresse son chien.
- La stimulation est très loin, la caresse ne renforce rien.
- La stimulation est très proche, la caresse ne renforce rien. Le chien est out de toute communication.
- La stimulation est très proche, la stimulation anxiogène s’éloigne, je renforce le sentiment d’avoir bien fait de fuir en caressant le chien ! le sentiment négatif augmente.
- La stimulation est dans la zone d’alerte, la récompense est associé à la stimulation anxiogène, la stimulation devient agréable. Contre conditionnement.
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 15h40
Non, désolée, ce n'est pas :


Un monde d’amis
Frédérique Bastidon
Diplomée EAPA

La source c'est : Thierry Bedossa : comportementalisme canin
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 15h55
Le premier texte du post m'a été donné par une amie éducatrice et les autres textes ne m'appartiennent pas plus mais je les trouve suffisamment intéressants pour les publier ici


Catherine a participé à l'élaboration d'un livre avec entre autres les personnes citées plus haut ( vendu par ailleurs sur son site). (ils sont 12 au total: Bourdin, Bouvresse, Collignon, Cornier, Deputte, Gaunet, Maurer, Molinié, Sgro, Tiret, Vieira , Bedosse, et Weiss (pardon ils sont 13 !)
On ne favorise que l'éducation positive et le clicker

Dans le cadre de mes études, j'ai dû étudier ce livre et les textes cités sont tirés de mes cours.
Je suis persuadée qu'ils sont dans le "vrai", j'utilise leur savoir avec succès depuis plus de 30 ans, pour le reste je n'ai nullen envie de polémiquer...


Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 16h34
Oui ! Le livre est « Comportement et éducation du chien » sous la direction de Thierry Bedossa et Bertrand L. Deputte.
Chacun y est allé de sa plume mais individuellement sans interférer dans le texte de l’autre ! Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont totalement d’accord avec ce qui est écrit chez les autres !
Réponse rapide à ce message
09/03/2014, 16h50
Pas de pub, de livre ou d'autre chose.... ce n'est pas nécessaire
bonne fin de WE
Réponse rapide à ce message
Réponse Lancer une nouvelle discussion
Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Navigation rapide  :